Or

Placement atypique - Patrimoine et Finanacement

L’Or est depuis longtemps considéré comme le placement atypique refuge par excellence en temps de crise. Lorsque les bourses chutent brutalement, l’or réagit inversement et peut très vite grimper. Le placement en Or présente toutefois un risque de perte en capital. Il est considéré comme un actif à part entière puisqu’il ne rapporte pas de revenus, uniquement un potentiel de plus-value ou un risque de moins-value à la revente.

Il existe plusieurs solutions pour investir dans l’or :

  • Détenir de l’or en lingot ou en pièces présente des inconvénients d’un point de vue de la liquidité et de la sécurité (cela nécessite d’être stocké dans un coffre fort). De plus le prix d’un lingot d’or peut s’avérer prohibitif car avoisinant les 30 000 €.
  • Détenir de l’or de façon intangible peut se faire de plusieurs façons différentes via un compte titres. Les supports peuvent prendre une forme classique ou la forme de droits dans des mines, de trackers, de produits dérivés.

L’investissement dans l’or doit nécessairement s’intégrer dans une stratégie de diversification, et peut être préconisé lors d’un arbitrage sur un compte titres. L’or, qu’il soit détenu de manière tangible ou intangible, est imposable à l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Quelle est la fiscalité applicable à la vente des métaux précieux ?

La fiscalité sur la revente d’or physique a été rehaussée au 1er Janvier 2014. A l’occasion de la cession d’objets (pièces ou lingots) en or, argent ou platine (autres que des bijoux, objets d’arts, de collection ou d’antiquité), vous serez redevable d’un impôt à l’Etat Français.

Vous pourrez choisir entre 2 régimes d’imposition, selon le plus avantageux pour vous :

  • 10,5% du prix de cession
  • 34,5% de la plus-value réalisée, après décote de 5% par an au delà de la 3ème année de détention (conduisant à une exonération totale au bout de 22 ans)

L’absence de fiscalité à la vente d’or après 22 ans de détention est un argument indéniable dans la mise en place dans une stratégie de diversification sur le long terme. Il vous faudra cependant apporter la preuve du prix et de la date d’acquisition si vous optez pour le second régime d’imposition.